Faut-il faire assurer tous les clients ?

Faut-il faire assurer tous les clients ?

La plupart des polices d’assurance-crédit prévoient la couverture de la totalité du chiffre d’affaires auquel est lié un risque de crédit.

Cette clause a pour but d’éviter l’antisélection – sans quoi seuls les clients douteux et les mauvais payeurs, c’est-à-dire les groupes vraiment risqués, seraient visés par la police, ce qui est contraire au principe même de l’assurance (répartition des risques). En vertu de ce principe, l’assureur-crédit exige généralement que le risque soit réparti de manière équilibrée entre un nombre minimum de clients.

Ce principe de globalité souffre toutefois plusieurs exceptions :

  • ventes auxquelles n’est lié aucun risque de crédit, c’est-à-dire les ventes contre remboursement
  • ventes aux particuliers
  • ventes à une société avec laquelle il existe des liens financiers.

L’assureur-crédit autorise néanmoins l’exclusion de certaines parties du chiffre d’affaires, pour autant que la sélection s’opère sur la base d’un critère objectif.